Lunette de Chappe


Hans Lippershey, un opticien hollandais, présente fin septembre 1608 l'une des premières réalisations d'une lunette d'approche. A la fin de ce même mois, Sacharias Jansen, un fabricant de lentilles hollandais, en aurait vendu à la foire d'automne de Francfort.

En 1757, John Dollond, un opticien britannique, améliore le principe de la lunette optique en la rendant plus performante. On peut désormais voir clairement à plusieurs kilomètres de distance. Grâce à cette innovation technique, Claude Chappe a pu développer un nouveau système télégraphique, qui repose sur l’observation de signaux formés à distance grâce à des longues-vues qu’il renomme « lunettes Chappe ». Mais en 1794, il n’y a pas de fournisseur français de lentilles achromatiques : les frères Chappe sont à l’origine d’une fabrication nationale de lunettes, standardisées, afin de permettre une réduction des coûts.

Les lunettes de Chappe mesurent environ 1 mètre de long; elles sont en bois ou en laiton et sur chacune figure un numéro de série, le nom du fabriquant et le nom de la ligne. Comme elles sont toujours installées dans une boîte, la partie mécanique est très sommaire et la mise au point est réalisée une seule fois. La partie optique, quant à elle, est particulièrement soignée : l’objectif est toujours achromatique, avec deux lentilles, le tout formant un ensemble convergent à longue distance focale. Il en existe trois modèles, permettant des grossissements allant de 40 à 60 fois.

Dans les tours Chappe, les guetteurs ou stationnaires en sont équipés. Les lunettes sont situées dans des boîtes en bois, munies d’une plaque de plomb pour l’étanchéité et évasées vers l’avant afin de pouvoir faire une mise au point latérale de la lunette. Ces lunettes permettent aux stationnaires de lire les messages envoyés par la tour précédente, sous forme de signaux. A travers elles, ils guettent en permanence tout signe d’activité afin de transmettre immédiatement les signaux émis. Sans longue vue ou lunette de Chappe, toute transmission de messages serait impossible.

Au total plus de 1100 lunettes ont été mises en service. Celles-ci proviennent de trois grands fabricants : Lerebours, Rochette et Bardou. Chaque station est équipée de deux lunettes dites « lunettes de stationnaire », permettant la lecture et la vérification des messages provenant des deux stations les plus proches.

Les stationnaires sont essentiellement des invalides de l’armée, d’anciens ouvriers ou des serruriers locaux. Ils doivent être en mesure d’assurer la maintenance de la station télégraphique. Le poste de stationnaire étant très peu payé, la plupart exerce un second emploi. Ils sont deux par poste.

A propos

objet venant avant : lunette optique
objet venant après :  –
inventeur : Claude Chappe
date de création : 1794
date de désinvestissement : 1857/9
largeur : –
hauteur : –
profondeur : –
longueur : 100 cm
diamètre : 9.5 cm

Bibliographie

  • Bertho Catherine,  Télégraphes et téléphones de Valmy au microprocesseur, Libraire Générale Française, 1981, (Le livre de poche), 538p.
  • Lecouturier Yves, Le patrimoine français des télécommunications, Collection La Patrimoine des Institutions Economiques, Flohic éditions, Paris, 2002, 565p.
  • FNARH, La télégraphie Chappe, Editions de l’Est.

En savoir plus

  1. l’inventeur, Claude Chappe
  2. contexte historique, années 1790-1795