Société du Téléphone Edison

La  Société du Téléphone Edison est fondée le 5 décembre 1878 à l’initiative de Théodore Puskas représentant des intérêts de Thomas Edison en Europe. C’est la deuxième société de téléphonie créée en France.

Théodore Puskas (•) est né en Hongrie le 17 septembre 1844. A l’âge de 21 ans, il immigre en Angleterre puis aux Etats-Unis où il sympathise avec Thomas Edison. En février 1878, il introduit le phonographe en Europe puis décide de s’installer à Paris. Après l’exposition universelle de 1878, il se rapproche de Josuah Franklin Bailey qui représente les intérêts d’Elisha Gray. Les deux hommes s’associent avec Georges Alexis Godillot qui leur amène le capital nécessaire pour créer la nouvelle société. En contrepartie, ce dernier impose un de ses jeunes ingénieurs, Louis Alfred Berthon, pour le poste de directeur technique. La société A. Berthon et Compagnie, dite Société du Téléphone Edison, a pour objet « l’exploitation des brevets français apportés à la Société pour les téléphones parlants et leurs accessoires ».

La société obtient le 8 septembre 1879 l’autorisation d’exploiter un réseau téléphonique à Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille, Nantes et Lille, mais, dans un premier temps, elle choisit de concentrer ses efforts sur Paris. Le siège social est situé au 45, rue de l’Opéra, à Paris. La compagnie installe chez ses abonnés le téléphone à pupitre (•) imaginé par George Phelps : les récepteurs sont des Phelps, le microphone à charbon est celui d’Edison. Les téléphonistes du bureau central sont équipés du premier combiné introduit en France par l’Américain Brown. Au mois de mars 1880, 24 abonnés sont raccordés et 150 ont signé une promesse d’abonnement.

Après un désaccord entre ses fondateurs, la Société du Téléphone Edison est dissoute et se transforme en Société Française des Téléphones, système Edison et autres, le 27 mars 1880.

(•) cliquez pour voir l'image

source

  • Frédéric Nibart, Les premiers pas du téléphone en France, 1996, Angers