Société Industrielle des Téléphones

La Société Industrielle des Téléphones (SIT) est créée en décembre 1893 suite à la fusion des usines de câbles et caoutchouc Menier et de la Société Générale des Téléphones. Son capital est de 18 millions de francs et son siège social est situé au 25, rue du 4 septembre, à Paris. Elle possède la quasi-totalité des brevets en matière de téléphonie : Gower, Edison, Blake, Crossley, Ader…

La SIT fabrique à Bezons des câbles électriques et des chaussures en caoutchouc, à Levallois-Perret de l’appareillage électrique, à Calais des câbles sous-marins, à Paris (•) du caoutchouc manufacturé sous toutes ses formes, de l’ébonite, des appareils télégraphiques, des téléphones, des sonneries et du matériel d’éclairage électrique.

Le nouveau directeur technique de la rue des Entrepreneurs à Paris, spécialisée en téléphonie, est Gérard Bailleux. Celui-ci met rapidement au point un nouveau transmetteur à grenaille à base de parcelles d’anthracite concassées. Il équipe bientôt une nouvelle gamme de téléphones de luxe (•) : « Le transmetteur vertical porte une embouchure permettant de parler à voix basse, même à grande distance, et les récepteurs sont munis d’une poignée évitant la fatigue dans les conversations un peu longues ».

La SIT disparaît en 1936, rachetée par la Compagnie Générale d’Électricité.

(•) cliquez pour voir l'image

source

  • Les premiers pas du téléphone en France, Frédéric Nibart, 1996 Angers